France Duale

Accueil » Politique » Si Cahuzac m’était conté…..!

Si Cahuzac m’était conté…..!

Livre Démocratie Duale

Buy Now Button with Credit Cards
Publicités

Le feuilleton Cahuzac va nous occuper encore longtemps ? La farce de la commission d’enquête ne doit pas nous empêcher de prendre un peu de recul sur notre comédie politique. Quel exemple parfait pour illustrer l’utilisation de la dialectique moderne et de la démagogie pour tous problèmes !

Vous avez pu admirer le bal des faux-culs, les tartuffes, les résistants de la dernière heure, les justiciers vengeurs et les épurateurs sans oublier les charognards. Les vierges effarouchées et les bigotes à genoux ont prié pour sauver la république et appeler à la morale.

C’est l’histoire d’un petit affairiste, fraudeur du fisc, qui arrive à se hisser au sommet du pouvoir et comble de l’ironie, il est en charge de la chasse aux fraudeurs fiscaux. Vous pouvez imaginer le zèle apparent qu’il y mettait. C’est un classique historique, plus vous êtes mouillé, plus vous êtes zélé. Il est toujours salutaire de se méfier de ceux qui veulent laver toujours plus blanc, ça ne les rend pas plus transparents pour autant comme aurait pu dire Coluche. Certains ont essayé de nous faire pleurer sur ce héros effondré qui avait avoué ses fautes. Ils nous ont dit : « attention, il va se suicider ». Nous savons qu’en fait, ses remords sont du bidon et de la communication. Les communicants sont quand même gonflés. Dépasser les bornes, il n’y a plus de limites !

Qui a permis à cet affairiste d’arriver au pouvoir ?

Le parti socialiste qui donne des leçons de morale à tout le monde est le premier responsable. Il a partout dans ses strates des tricheurs, des magouilleurs, des démagogues, des affairistes et il n’a jamais voulu faire le ménage. Selon leur rhétorique trotskiste, la compromission avec les forces de l’argent est nécessaire pour gagner les élections. Il existe beaucoup de gens très bien qui gagnent de l’argent et beaucoup de malhonnêtes qui n’en gagnent pas et réciproquement. Qui a promu Cahuzac au sein du parti jusqu’au premier cercle du président ? Nous voulons savoir et que des sanctions soient prises. Qui n’a pas prévenu le président des casseroles qui suivaient Cahuzac ?

L’UMP a un rôle un peu plus trouble mais une responsabilité tout aussi énorme. C’est un des leurs qui avait la bande accusatrice depuis plus de dix ans et qui sort comme par miracle au moment où Cahuzac est ministre. L’UMP a été d’une mansuétude assez étonnante avant la confession, nous avions l’impression qu’il faisait partie de la famille. Nous apprendrons par la suite qu’il essayait d’arranger les bidons à Woerth. Pris de court par les aveux inhabituels précipités de l’ex-ministre, l’UMP réclame des têtes alors qu’elle défend en permanence les fraudeurs du fisc. Elle venait de déposer un projet de loi d’amnistie fiscale. Elle menace le président : « Vous ne pouvez plus nous donner des leçons de morale ». Nous traduisons par : « Vous n’allez plus nous faire avaler votre moralisation de la vie politique et l’interdiction du cumul de mandats dont nous ne voulons pas ». Alors, elle s’attaque au maillon faible du gouvernement jusqu’à ce que le président cède. Copé veut se faire justicier comme tout résistant de la dernière heure. J’imagine la tête d’Edwy Plenel qui se sent épaulé par ce renfort de poids !

La responsabilité de la presse est là encore énorme. Comme pour Strauss-Kahn, nous savons que beaucoup de journalistes y compris ceux de Mediapart savaient depuis le début, mais rien n’a filtré. Quand Cahuzac a signé la charte de déontologie, pas une question n’a été posée ? Pire le réflexe de protection des élites a été de faire barrage et de se prêter à des attaques médiatiques outrancières contre les premières révélations de Mediapart. Après les aveux, alors journalistes et politiques lynchent en meute. Ils essaient de sauver leur peau et celle de leurs copains. La technique est de circonscrire l’incendie à un petit cercle même si cela met en danger l’État. Ils nous servent ensuite des fadaises sur la république salie et la moralisation de la vie politique. Ils font croire aux Français que des mesures législatives nouvelles vont changer quelque chose, comme si les politiques vivent dans leur tour d’ivoire et qu’il était possible qu’ils soient tous irréprochables. Nous continuons à croire au père Noël !

Les politiques sont des citoyens comme les autres et nous traitons les délinquants politiques comme les autres délinquants. Toutes les blagues sur l’homme politique exemplaire qui s’occupe uniquement des intérêts du peuple, c’est de la farce pour premier communiant. Le peuple a les représentants qu’il choisit ni meilleurs ni pires que la société dans laquelle ils vivent. Si nous continuons dans cette voie, nous aurons comme politiques des naïfs incapables ou des faussaires géniaux.

Publicités

Un commentaire

  1. Hervé MA dit :

    Si Gilles m’était conté…………..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :