France Duale

Accueil » Les projets concrets

Les projets concrets

Notre nouvelle république a des objectifs ambitieux. Chaque citoyen est un créateur qui peut utiliser une partie de son énergie aux arts, à la lecture, à la pensée, à l’éducation des enfants, aux associations, à l’aide aux autres. Comment donner à chacun accès à cette possibilité ? Comment augmenter les temps productifs libres par rapport aux temps productifs imposés ? Comment donner aux citoyens les soins globaux qui améliore la qualité de vie comme le sport, l’alimentation saine, les soins esthétiques, les soins de l’âme ? Comment augmenter les temps de formation tout au long de la vie ? Comment diminuer le nombre global d’années de travail imposé par rapport aux années d’activité choisie ? Comment limiter la dégradation de notre environnement et de notre qualité de vie ? Comment diminuer les dépendances hiérarchiques au profit de dépendances libres et responsables ?

L’état est modeste mais fort. Modeste signifie ne pas s’occuper de tout et n’importe quoi. Fort signifie être capable d’agir en cohérence avec son discours. Cela oblige l’état à fonctionner sans déficit. L’état mène à bien des projets de réformes ambitieux qui installe la France et l’Europe dans un nouveau cycle de développement. C’est le rôle du président et des chefs de projets. Les élections présidentielles sont utiles. Des perspectives réelles sont tracées et des projets ambitieux sont proposés aux français. Le gouvernement est concentré sur les tâches quotidiennes de gestion du pays et de protection des citoyens. Il y a une claire distinction entre les deux missions. Le gouvernement gère le pays dans un cadre législatif stable. Il ne passe pas plus son temps à annoncer des lois de circonstance. Ces lois sont en général faites à la va-vite. Non applicables, leurs effets ne sont visibles que bien après la disparition dudit gouvernement.

L’état ne s’occupe plus de sujets qui interfèrent dans la liberté fondamentale des citoyens. L’état n’est pas concerné par la religion ou la vie intime des français par exemple. L’état n’a pas de mission à faire le bonheur des citoyens. L’état protège mieux ses enfants contre tous types d’agressions et les minorités diverses sont reconnues dans leurs droits.

L’état est le seul à assurer la sécurité des citoyens dans notre démocratie avancée. Il n’y a aucune faiblesse dans ce domaine et aucune dérobade de responsabilité. Tous ceux qui touchent à nos concitoyens sont poursuivis partout sans relâche. Pourquoi quelqu’un dont nous respectons les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être se donnerait le droit de me déclarer la guerre et de me menacer ? La démocratie n’est pas une serpillère sur laquelle tout le monde s’essuie les pieds. La démocratie est sûre de sa force et de sa durabilité. Tous les salauds sont rattrapés !

Les projets concrets concourent à étendre les libertés. Ils précisent et transfèrent les responsabilités. Ils renforcent la sécurité des citoyens. Certains projets centrés sur notre politique de coopération rendent plus universelles nos pratiques. L’initiative des projets revient à l’ensemble de la société à travers des chefs de projets. Le président a le choix régalien entre tous les projets possibles. La décision positive du président implique le déblocage des budgets nécessaires à l’équipe projet. Le nom du chef de projet et le planning font partie du dossier d’acceptation. Les chefs de projet sont recrutés dans l’ensemble de la société. Ils sont reconnus naturellement et acceptés par le chef de l’état. Le planning n’est pas un objectif en soi. Nous sommes pressés, nous nous hâtons lentement. Seule la qualité du résultat importe. Par compte, nous travaillons à l’américaine. Quand un projet est décidé, les moyens sont déployés pour réussir. Moins de projets réussis valent mieux que le mouvement brownien actuel de nos sarkosy.

Nous retrouvons de l’ambition à travers nos projets. Certains projets sarkosystes nous font honte ou nous font pleurer de rire ! Nous renvoyons par an trente mille malheureux par charter de préférence sous l’œil des caméras. Nous allons vacciner l’ensemble de la population contre la grippe A. Nous avons un plan ambitieux pour les universités en mettant des petits chefs en place et tout va s’arranger. Nous allons réformer l’état en fermant trois tribunaux régionaux et quatre casernes. Nous faisons une méga révolution dans les médias en supprimant la publicité après vingt heures. L’école est sauvée par l’introduction de la morale. Nous allons intégrer nos immigrés en leur faisant apprendre la Marseillaise et le nom des rois de France.

Nos projets s’inscrivent dans la continuité de la grande histoire de notre pays. Nous continuons les grandes œuvres de nos prédécesseurs les plus brillants. Nous sommes les héritiers de De Gaulle, Napoléon, Louis XIV, Charlemagne, Clovis et Jules César, mais surtout de la révolution française et de Mai 68. Nous assumons l’ensemble des engagements de notre pays vis à vis de nos concitoyens et de nos partenaires. Nous nous inscrivons dans le projet universel progressiste de la France. Nous refusons par idéologie toute idée de déclin. Nos projets prioritaires montrent nos ambitions.

Le changement de système politique est le début et l’aboutissement de notre révolution duale. Il faut deux ans et demi pour mettre en place toutes les nouvelles institutions de la sixième république.

La vie et l’évolution du système économique ne sont plus laissées aux mains de nos politiques. Nous les rendons aux citoyens à travers le contrat social discuté entre partenaires sociaux et acteurs individuels.

L’entreprise Pôle Emploi met fin à la notion même de chômage pour la remplacer par la notion d’activité. Nous n’avons pas la capacité de gaspiller un seul gramme de cervelle pour le développement du pays.

La croissance de la population est une nécessité indispensable pour que la France retrouve son rang en Europe et dans le monde. Nous souhaitons avoir une population égale à celle de l’Allemagne dans vingt ans.

L’école du citoyen est une ambition majeure. Le baccalauréat pour tous est possible. L’échec n’est pas une notion acceptable. La formation rétablit l’égalité entre les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être. Les moyens sont mis en face des ambitions.

L’école tout au long de la vie est un serpent de mer qui peine à trouver chaire. L’objectif zéro chômage ou 100% d’activité nécessite le recours à cette nouvelle école.

La recherche pour tous est un autre objectif corrélé avec le 100% d’activité. À partir du moment ou un projet d’innovation, quel que soit son leader ou son domaine d’activité, a trouvé un parrain, la pépinière d’entreprise de Pôle Emploi aura la mission d’abriter ce projet et de le faire vivre jusqu’à la création d’une start-up.

La justice et la police sont les deux parents pauvres de la société actuelle. Souvent envoyés au casse-pipe, sans moyens adaptés, nos juges et nos policiers font face à toutes les détresses humaines. La justice et la police, souvent opposées, deviennent ensemble un pilier respecté de notre société duale. Réalisme, lucidité, réparation immédiate et prévention des récidives guident la nouvelle politique.

Les drogues licites et illicites et la malbouffe sont des exemples de faillite complète des politiques du passé. Entre la prohibition et le laisser faire, il y a place à une politique de santé intelligente associant liberté, responsabilité et sécurité.

La santé pour tous est un objectif que nous voulons retrouver immédiatement. La sécurité sociale, serpent de mer démagogique de nos anciens politiques, redevient proficitaire et accompagne un secteur industriel de la santé dynamique, créatif et rentable, et réciproquement.

La retraite a été l’objet de plusieurs gros mensonges d’état. Une politique sans ambition a conduit à une retraite chiche pour beaucoup de français. La liberté dans ce domaine permettra de remettre le système à l’équilibre.

La liberté médiatique est indispensable à la démocratie duale. Une presse d’information libre, indépendante et sure de sa force prend toute sa place dans la nouvelle société. Les groupes médiatiques terminent leur mutation technologique et retrouvent la confiance des français. Les liens partisans avec les hommes politiques sont cassés. Le travail de fond remplace le débat débile.

Les droits égaux pour tous sont un atout pour lutter contre les replis communautaires. Nos droits fondamentaux sont applicables à tous. Les changements sont nécessaires pour faire progresser nos indices de liberté, de responsabilité et de sécurité.

Dans notre monde globalisé, les solidarités disparaissent et sont remplacées par le chacun pour soi. La charité reste une vieille pratique utile mais qui résous peu de chose. Elle est aujourd’hui associée à une attitude de misérabilisme dégoulinant de bon sentiment. Une autre voix est possible du local au global, le parrainage universel responsable.

Le libre-échange responsable esquisse une nouvelle voie de collaboration entre pays. L’ambition est de se développer avec zéro déficit commercial extérieur. Ce système instaure un nouveau dialogue bilatéral entre tous les pays et redonne à chacun le choix de la nature et du rythme de son développement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :